L’inhumation

Inhumer (du latin humus, terre) signifie mettre en terre le corps du défunt. C’est encore une pratique très répandue en France. Si la personne défunte ne s’était pas prononcée pour une crémation, c’est plutôt l’inhumation qui est privilégiée.

Où inhumer ?

Une sépulture de famille, déjà existante, peut accueillir le cercueil du défunt, avec l’accord des ayants droit. Si vous ne disposez pas d’une sépulture existante, il faut en créer une, en achetant une concession.

Concession

L’acquisition d’une concession peut être faite par un ou plusieurs membres de la famille du défunt, ou par un proche mais « au nom et pour le compte du défunt ». Le concessionnaire sera alors le défunt.

Pour acquérir une concession dans le cimetière d’une commune, il faut remplir au moins un des critères : justifier d’un domicile, ou être décédé sur le sol de cette commune.

Coût d’une concessions

Le coût des concessions est fixé par les communes. Il varie selon la durée choisie (qui peut aller, selon les communes de 10, 15, 30, 50, 100 ans à parfois perpétuelle), la surface du terrain concédé (le plus souvent 2m2) et la situation géographique du cimetière.

Chaque commune a au moins un cimetière communal. Certaines grandes villes ont plusieurs cimetières, qui sont soit dans l‘enceinte de la ville (intra-muros), soit en dehors (extra-muros).

Concessions à Paris

A Paris, les concessions sont plus chères dans les cimetières parisiens intra-muros:

  • Montparnasse
  • Montmartre
  • Père-Lachaise
  • Batignolles

que dans ceux situés à la périphérie de Paris :

  • cimetières parisiens de Bagneux,
  • Ivry,
  • Saint-Ouen,
  • La Chapelle, …

Les cimetières parisiens de Pantin et de Thiais proposent les concessions dont le prix est le plus accessible.

Pour plus d’information, contactez nos pompes funèbres de Paris, ils seront vous indiquer le prix moyens des concession et vous conseiller.

Concessions à Lyon

Pour la Métropole de Lyon ou Grand Lyon, les concessions les plus chères sont à Lyon, Bron et Villeurbanne. Dans les autres communes les prix sont moins élevés.

De même, nos conseillers funéraire de nos pompes funèbres à Lyon pourront vous conseiller.

Le mode de sépulture

Selon l’emplacement du cimetière et son règlement intérieur, vous avez le choix entre fonder une sépulture « en pleine terre » ou faire construire un « caveau ».

Inhumer en pleine terre

En « pleine terre », le cercueil est en contact avec la terre. Une fosse est creusée pour l’inhumation, puis rebouchée immédiatement après. En général, une sépulture pleine terre est prévue pour recevoir 2 cercueils, parfois 3.

Le nombre de places disponibles est déterminé par la profondeur du premier creusement :

  • on creuse à un mètre de profondeur, pour le « mètre sanitaire »,
  • puis 50 centimètres par emplacement de cercueil.

À chaque inhumation, il faut recreuser une fosse, de moins en moins profonde.

Inhumer en caveau

Un caveau est la construction d’une pièce maçonnée en sous-sol dans laquelle les cercueils seront placés.

Un caveau peut être prévu pour un seul cercueil, mais le plus souvent on prévoit de 2 à 6 places. Certains caveaux sont bien plus grands (double, à descentes, à tiroirs…). Dès la construction, il faut choisir le nombre de places. Mais la grandeur du caveau n’a aucun lien avec la durée de la concession.

Un caveau est plus onéreux qu’une sépulture en pleine terre au moment de l’achat, mais il se transmet de génération en génération.

Que ce soit de la pleine terre ou un caveau, une sépulture peut accueillir, en plus des cercueils, de nombreuses urnes.

D’autres questions sur l’inhumation ?

Contactez-nous ou venez en parler dans nos maisons de pompes funèbres, nous vous accueillons sans rendez-vous dans un cadre chaleureux.