Tango au Père Lachaise : une cérémonie d’enterrement civil pas comme les autres

Cérémonie d'obsèques atypique à Paris, L'autre rive

Tango au Père Lachaise : une cérémonie d’enterrement civil pas comme les autres

Les pompes funèbres L’autre rive sont spécialisées dans l’organisation d’obsèques (civiles ou religieuses) sur mesure, dans le strict respect des familles et de la personnalité du défunt. Ariane Ostier, conseillère funéraire à l’agence L’autre rive de Paris, revient sur une cérémonie particulièrement marquante au Père Lachaise : salle de la Coupole, des proches ont dansé un tango en mémoire de leur amie danseuse.

Aider les familles à formuler leurs souhaits

Choix du cercueil, fleurs, musique : lors d’un enterrement civil comme religieux, rien n’est fait au hasard. Chaque décision a une portée symbolique. C’est la mission n°1 d’Ariane : accompagner les familles dans l’organisation d’un hommage riche de sens. Parfois le défunt a déjà tout prévu dans un contrat obsèques. Parfois les proches n’ont qu’une vague idée de ce qu’il est possible de faire. Le conseiller funéraire doit alors faire preuve d’un grand sens de l’écoute. Objectif : recueillir le maximum d’informations sur les goûts et habitudes du disparu, pour concevoir des obsèques fidèles à ce qu’il/elle aimait de son vivant. Ce fut par exemple le cas pour cette retraitée dynamique, emportée par un cancer à l’âge de 74 ans : « En interrogeant le fils de la défunte, j’apprends que sa passion du tango tenait une place importante dans sa vie. Les chaussures de danse sont un accessoire emblématique pour les amateurs de tango. Les poser sur le cercueil comme objet totem fut alors une évidence ». Idem pour le choix du lieu d’inhumation : « Madame était une amoureuse de Paris. La faire reposer dans un cimetière intra-murros était donc naturel ».

« Cela ne se fait pas »

Le jour J au Père Lachaise, Ariane veille au bon déroulement des funérailles. Tout se passe au mieux quand des amis du club de tango de la défunte lui font part de leur souhait de danser à la sortie du cimetière. « Les gens ont tendance à s’auto-censurer, à penser que cela ne se fait pas de chanter ou d’applaudir dans un cimetière par exemple». Ariane rassure et informe les proches endeuillés. Tant que cela reste dans le cadre légal, tout est possible. « Ce qui compte, c’est que cela ait du sens pour eux ». Avec l’approbation de la famille, la conseillère funéraire enjoint donc ceux qui le souhaitent à esquisser quelques pas de tango directement après l’hommage, dans la salle de la Coupole. Le temps d’un adieu poignant, l’estrade surplombant le cercueil s’est alors transformée en piste de danse. Cela n’était pas prévu mais la réactivité et le tact d’Ariane ont rendu possible cet instant suspendu. « Ce fut un moment de grâce d’une poésie absolue, à la fois triste et joyeux » se souvient la conseillère funéraire. « Ma plus grande satisfaction ce jour-là ? Quand le fils de la défunte m’a serré dans ses bras en me disant  »Merci Ariane, c’était parfait ». »

Un ami de la famille

Le rôle du conseiller funéraire varie selon les cérémonies. De discret relais logistique distribuant la parole, à véritable pilier émotionnel. Si les familles le souhaitent, Ariane rédige et prononce un éloge funèbre personnalisé, écrit à partir d’entretiens avec les proches. Dans tous les cas, un lien fort se crée. A tel point qu’il arrive que les personnes présentes le jour de la cérémonie lui demandent « Mais qui êtes-vous pour le défunt ? ». Organiser des funérailles, c’est partager l’intimité d’individus en situation de vulnérabilité. Il faut faire preuve de respect et d’empathie pour gagner leur confiance et ménager les susceptibilités.

« Guillaume a été exceptionnel. Nous le remercions chaleureusement de l’accompagnement qu’il nous a offert tout en finesse, en intelligence et humanité. Nos amis le pensaient de notre famille, notre famille le pensait être un de nos amis. C’est dire l’accompagnement juste et bienveillant dont il a été capable. »

Avis Google d’une famille – Octobre 2020

6 jours pour organiser un rite essentiel

Ariane aime faire l’analogie avec l’organisation d’un mariage. « Le wedding planner dispose de 6 à 12 mois pour faire connaissance avec les mariés et organiser une fête reproductible (en cas de divorce, on peut toujours le refaire en mieux !). Le conseiller funéraire n’a que 6 jours pour orchestrer un rite de passage définitif. Ce moment de communion est essentiel pour aborder sereinement le deuil ». Sa priorité : tisser un lien privilégié avec les familles pour leur offrir un temps de recueillement digne. Face à la douleur, à l’incompréhension voire la colère des proches, elle se positionne comme soutien : « Après les avoir écouté attentivement, je leur dit souvent :  »je ne peux rien contre votre chagrin, mais des obsèques réussies, c’est un fardeau en moins pour poursuivre le chemin ». En construisant avec les endeuillés une cérémonie fidèle à la personnalité du défunt, elle les aide à ne pas cumuler regrets ou rancœurs inutiles. « La religion n’a pas le monopole du besoin de rituel d’accompagnement et de spiritualité ».

Cliquez ici pour tout savoir sur les cérémonies civiles d’obsèques.
Lire notre article : Obsèques à Lyon : une cérémonie personnalisée alliant simplicité et originalité

 

Pour un devis gratuit ou un contrat obsèques

Faites vous conseiller immédiatement 7j/7 et 24h/24

Vous avez une question ou vous souhaitez nous confier l’organisation d’obsèques, le plus simple est de se rencontrer soit dans notre agence d’Amiens (22 rue Creton, quartier Henriville),  soit à votre domicile, ou d’échanger par email ou par téléphone.