Questions hommage

1 / Quelles sont vos suggestions pour personnaliser l’hommage ?

D’abord, il nous semble important d’être à votre écoute pour comprendre la personnalité du défunt et la tonalité de l’hommage que vous souhaitez lui rendre. Chaque être est unique et ce qui est juste pour une famille ne l’est pas forcément pour une autre. C’est pourquoi nous vous remettons un document que nous avons intitulé « Accompagner », qui rassemble des suggestions pour les différents temps de recueillement, au lieu de mise en bière comme au lieu de cérémonie. Nous y proposons des gestes simples qui permettent aux proches de s’approprier ces moments et de surmonter leurs réticences. Lors de l’hommage rendu, qu’il soit laïc ou religieux, l’essentiel est qu’un rituel d’adieu ait lieu, aussi simple soit-il. Un hommage réussi est fait d’un ensemble d’attentions, de gestes et de paroles qui se répondent et qui resserrent les liens entre les personnes présentes. Notre rôle en tant qu’organisateur d’obsèques est donc de vous dégager des contraintes administratives et autres afin que vous puissiez vous consacrer avant tout à l’hommage proprement dit.

2 / Comment prendre la parole ?

Lors d’un rituel en présence du cercueil, nous nous adressons autant à la personne défunte qu’aux personnes venues l’accompagner. Prendre la parole dans ces circonstances n’est pas toujours simple mais cela se prépare et nous sommes à vos cotés pour vous soutenir dans vos initiatives personnelles.

3 / Est-il possible d’envisager un hommage en présence du cercueil dans un lieu autre qu’un lieu de culte ?

Oui. Dans la mesure du possible et le délai qui nous est imparti, nous nous efforçons de répondre à cette demande, en recherchant un lieu qui autorise le déroulement d’une cérémonie d’obsèques en présence du cercueil et qui offre le nombre de places souhaitées et un système de sonorisation. Nous avons par exemple déjà réalisé des hommages laïcs dans un théâtre, un jardin, une péniche, une salle de cinéma ou une salle de conférence.

4 / Lors d’un hommage religieux, est-ce que c’est vous qui prenez contact avec la paroisse ?

Oui, c’est à nous, en tant qu’entreprise de pompes funèbres, de prendre contact avec les célébrants pour fixer le jour et l’heure de la cérémonie. Nous tenons compte bien sûr des vœux que vous avez formulés. Nous devons aussi considérer le temps de trajet entre le lieu de mise en bière et le lieu de culte et/ou le cimetière (ou le crématorium) pour déterminer l’horaire de la célébration. Nous confirmons généralement aux célébrants par fax le jour des obsèques et leur communiquons toutes les informations vous concernant. Dans les jours qui suivent, les célébrants prennent directement contact avec vous pour préparer la cérémonie.

5 / Est-ce à nous de donner l’offrande à l’église?

En général, le montant de l’offrande est défini par la paroisse elle-même : elle prend en compte la présence de l’organiste et du chantre. Si vous le souhaitez, vous donnez l’offrande directement au prêtre ou à l’équipe paroissiale que vous rencontrez pour organiser la cérémonie. Sinon, nous la remettons nous-même et nous intégrons celle-ci dans le devis des obsèques. En cas de difficultés financières de la famille, la plupart des paroisses adaptent la somme demandée.

6 / Et au cimetière, comment ça se passe ?

Au cimetière, nous aménageons toujours un temps de recueillement à proximité de la sépulture. Nous respectons le rituel propre à la famille et marquons les différents temps : celui des prises de parole, celui du recueillement silencieux, celui de l’inhumation, celui du geste d’adieu. Après une cérémonie dans une église catholique, il est rare que le prêtre se déplace ensuite jusqu’au cimetière, sauf lien particulier avec la famille. Lors d’un rite orthodoxe, le pope est généralement présent au cimetière. Dans la religion juive, le rabbin accompagne la famille au cimetière. Il en est de même avec l’imam dans la religion musulmane ou le lama pour les bouddhistes.

7 / Organisez-vous des obsèques de toutes confessions ?

Bien sûr, nous sommes ouverts à tous les cultes et respectons vos convictions religieuses ou laïques. Nous veillons à ce que l’hommage rendu au défunt réponde en tout point à ce que vous souhaitez. Nous faisons appel aux personnes qui représentent le culte auquel vous êtes lié et assurons la bonne coordination des intervenants.

8 / Quel est le rôle du maître de cérémonie lors d’une cérémonie religieuse ?

Il est présent dès le temps de recueillement à la chambre mortuaire et accompagne la famille jusqu’au lieu de culte. Là, il est au service de l’officiant. Il veille à la mise en valeur les fleurs offertes et réunit les cartes présentes dans celles-ci. Il met en place la table à signature. Il place la famille et les amis à l’intérieur de l’édifice. Il coordonne les porteurs au moment de l’entrée du cercueil dans l’église et à sa sortie. Avant le geste de bénédiction, il peut prendre la parole et expliquer comment se déroule ce moment. Il invite les personnes à témoigner de leur présence en signant le registre de condoléances. A l’issue de la cérémonie, il donne des indications pour se rendre au cimetière ou au crématorium.

9 / Quel est le rôle du maître de cérémonie lors d’une cérémonie laïque ?

Son rôle est souvent plus important que lors d’une cérémonie religieuse. A l’Autre Rive, dans la mesure du possible, la personne qui vous reçoit pour organiser les obsèques vous accompagne lors de la cérémonie. Elle prend le temps de vous écouter et s’investit personnellement dans la préparation de l’hommage. Si vous le lui demandez, elle propose des textes, des musiques, rédige un court texte avec les éléments que vous lui avez confiés sur la personnalité du défunt. Elle est là pour trouver le ton juste, qui vous correspond, en introduisant en quelques mots la cérémonie. A votre demande, elle lit les textes que vous lui remettez, prend le relais quand il le faut, diffuse les musiques aux moments choisis. Elle fait en sorte qu’un rituel ait lieu tout en laissant la place à la spontanéité des témoignages.

10 / Pouvez-vous me proposer des textes et des musiques pour l’hommage qui sera rendu au crématorium ?

Oui, nous prenons le temps de vous écouter et, à partir des éléments que vous nous confiez sur la personnalité du défunt et son chemin de vie, nous pouvons vous proposer des textes et des musiques qui soient en accord avec ses valeurs, ses goûts et ses convictions.

11 / Comment se déroule le temps d’hommage au crématorium du Père-Lachaise ?

Selon le nombre de personnes que vous conviez, nous réservons la salle qui convient. Les 2 petites salles du dernier hommage » offrent une trentaine de places assises et permettent un recueillement d’une demi-heure en présence du cercueil ; la salle intermédiaire « Mauméjean » accueille une centaines de personnes, dont une quarantaine en place assise pour un hommage d’une heure en présence du cercueil ; la grande « salle de la Coupole » dispose de 130 places assises et permet un hommage d’une heure en présence du cercueil.

Quelle que soit la salle réservée, nous vous aidons à préparer l’hommage, en accord avec les valeurs et les convictions de la personne défunte. Il se déroule le plus souvent en deux temps : le temps des prises de parole et le temps du geste d’adieu. Pour accompagner ce dernier, chacun peut déposer une fleur sur le cercueil. Des morceaux de musiques que vous choisissez ponctuent ces différents moments. Si vous êtes désemparés au moment du choix des musiques et des textes, nous vous faisons des suggestions. Si vous souhaitez qu’une bénédiction ait lieu, nous faisons appel à la Pastorale des Funérailles : personnes laïques désignées par l’archevêché pour conduire un temps de prière. Il faut savoir que les représentants de tous les cultes sont accueillis au sein du crématorium.

Après le départ du cercueil, la famille et les amis peuvent rester dans la salle de la Coupole durant les deux heures qui suivent : une collation peut y être organisée. A l’issue de la cérémonie dans la salle du dernier hommage, celles et ceux qui le souhaitent ont la possibilité d’assister à travers une paroi vitrée à l’introduction du cercueil dans l’appareil de crémation : ce n’est en aucun cas une obligation. De plus, l’horaire réservé, parfois, ne le permet pas, puisque la crémation peut être différée par rapport au temps de recueillement. De même, vous n’êtes pas tenus de rester pendant le temps de la crémation : l’urne vous est alors remise le lendemain ou dans les jours suivants.

12 / Comment pouvons-nous aménager le temps de recueillement avant la fermeture du cercueil ?

La demi-heure qui précède la fermeture du cercueil est souvent un moment intime et nous sommes en retrait durant celle-ci. Avec les indications que vous nous avez transmises, nous aménageons la pièce avec les fleurs, les bougies et les éléments que vous nous confiez. Vous pouvez également déposer dans le cercueil des petits objets, une fleur, une lettre, un dessin. L’important est que chacun puisse accomplir « son » rituel d’adieu comme il l’entend. Si vous avez besoin de vous recueillir seul(e) auprès du défunt, nous pouvons organiser ce moment d’intimité en prévenant les proches. Si vous souhaitez un fond musical très discret, nous amenons un lecteur CD.

13 / A quel endroit sont livrées les fleurs ?

Les fleurs que vous nous commandez sont le plus souvent livrées au lieu de mise en bière afin d’être présentées dans le salon où a lieu le recueillement. Les fleurs offertes par les amis et les proches sont livrées généralement au lieu de cérémonie (lieu de culte, cimetière, crématorium).

14 / Dans quelles circonstances conseillez-vous le registre de condoléances ?

Lors d’une cérémonie religieuse ou laïque, il est de plus en plus rare que la famille souhaite recevoir les condoléances. Aussi conseillons-nous une table à signature et un registre de condoléances afin que les personnes conviées puissent témoigner de leur présence et de leur soutien, particulièrement quand leur nombre est important. Selon les circonstances, la table à signature peut être mise en place au lieu de mise en bière comme au lieu de cérémonie (lieu de culte, cimetière, crématorium). Dans le registre de condoléances sont également rassemblées les cartes présentes dans les fleurs offertes.

15 / Est-ce que vous organisez des repas funéraires ?

Nous n’organisons pas directement des repas funéraires mais nous vous encourageons à prévoir une collation et un moment de retrouvailles à l’issue de la cérémonie, dans un endroit familier au défunt, chez vous ou dans un lieu à proximité du lieu de cérémonie. Nous conseillons la société « hommages » qui s’est spécialisée dans l’organisation de réceptions à l’issue de cérémonie d’obsèques. Anne Géron qui la dirige trouvera une solution adaptée à votre demande. Au crématorium du Père Lachaise, dans la salle de la Coupole, un service traiteur est proposé, permettant un moment de convivialité après le départ du cercueil. Parfois, il est possible de réserver une salle paroissiale. Ou, plus simplement, de réserver une salle dans un restaurant ou une brasserie.

16 / Qu’est-ce que vous appelez un « rituel laïc » ?

Ce que nous appelons un rituel laïc, c’est tout simplement un ensemble de gestes et d’attentions qui permet aux personnes présentes lors des obsèques de dire « au revoir » à leur façon au défunt, en prenant le temps, en marquant les étapes. Le rituel est mis en place pour aider chacun d’entre vous à trouver sa place, trouver son temps, trouver ses gestes, pour accepter la séparation physique d’avec la personne défunte et l’accueillir ensuite en vous. Ainsi, le rituel qui a lieu lors de la cérémonie d’obsèques, qu’elle soit laïque ou religieuse, est un premier pas dans un long processus que l’on appelle le « travail du deuil ».

17 / Comment faire participer les enfants lors du décès d’une personne qui leur est proche ?

Les enfants ont souvent un rapport plus simple à la mort que nous, adultes. Ils sentent que quelque chose de grave se passe et il ne faut pas les exclure de ce moment. Bien sûr il faut tenir compte de leur âge et de ce qu’ils peuvent entendre. Il nous semble important de leur dire la vérité et de les faire participer à leur façon : en faisant un dessin qui sera déposé pour eux à l’intérieur du cercueil, en les aidant à écrire un message qui leur correspond, en leur expliquant chaque étape des obsèques s’ils en expriment le besoin. Nous conseillons de les laisser libres d’être présents ou pas à la cérémonie. Si vous leur expliquez le déroulement et posez la question de savoir s’ils souhaitent être là, ils sauront vous répondre.

18 / Comment peut-on marquer les étapes du deuil après l’enterrement ?

Il est vrai que le temps du deuil est un temps long et cela fait parfois du bien de le ponctuer en marquant certaines étapes. Les personnes endeuillées sont sensibles aux dates anniversaires et aux dates symboliques en rapport à leur histoire avec la personne défunte. Les semaines et mois qui suivent les obsèques sont souvent les plus éprouvants. C’est dans ces moments-là que le lieu de sépulture peut être un réel support.

19 / En quoi des obsèques « réussies » peuvent aider les proches à traverser la période de deuil ?

A partir du moment où les obsèques ont été l’occasion d’accomplir un rituel d’adieu respectueux des convictions de la personne défunte et d’honorer sa mémoire en accord avec son chemin de vie, on peut parler d’obsèques réussies. La cérémonie laïque ou religieuse est un événement qui marque l’acceptation de la séparation physique, la notion de passage, et permet de transformer l’absence de la personne défunte en présence en soi. Si nous contribuons à faire que ce moment des obsèques ait du sens pour vous, alors le terme de « passeurs » d’une rive à l’autre nous convient.